3 C AGRO CONSEIL Agronomie Agrologie Agriculture-biologique Paysage Ecologie Foresterie Biologie du sol Environnement
3 C AGRO CONSEILAgronomie Agrologie Agriculture-biologique Paysage Ecologie Foresterie Biologie du sol Environnement 

L'Art des Jardins

Qu’est-ce qu’un jardin ?

 

 

Des milliers d’ouvrages parlent des jardins, de leur histoire, de leurs rôles, de leurs mythes, de leurs plantes, de leurs formes, couleurs, matériaux, des sensations qu’ils procurent, des réflexions qu’ils inspirent, des influences qu’ils ont sur l’esprit des hommes, etc…

Lié aux origines de l’humanité, le jardin est dans tous les témoignages écrits. Adam, selon l’Ancien Testament, a été le premier botaniste fondateur du premier jardin botanique en donnant un nom à chacune des plantes sur lesquelles son regard se portait. Depuis, des milliers de passionnés de plantes ont élaboré des manières de les assembler dans ce qu’il a été convenu d’appeler un « jardin ».

 

Un jardin est, par principe, fragile comme les plantes, évanescent, sauf à avoir été architecturé par des maçonneries (murs, bassins, escaliers, fontaines, promenades, grottes, etc…) ou des arbres, des bosquets, des mouvements de terrains importants et caractéristiques (buttes, ponts, ruisseaux, canaux, etc…)  avec suffisamment de savoir-faire et de rigueur pour que les outrages du temps et de l’abandon n’en altèrent pas complètement les traits.

 

Mais à l’échelle d’une vie de jardinier, la pérennité d’un jardin se construit par les racines de ses plantes. Si l’architecture, faite de pierres bâties, traverse les siècles, les seules plantes à accompagner l’œuvre des maçons sont les arbres, architectures de cellules végétales qui peuvent se renouveler pendant des siècles.

 

Pierres et arbres ont des destins similaires de longévité et de transformation.

 

Mais à notre échelle mortelle, le jardin moderne et les jardins historiques rénovés n’ont de perspectives vivantes que par leurs racines, celles qui puisent dans le sol les substances minérales et l’eau que l’air environnant ne peut pas fournir. A l’instar de leurs cousines céréalières, fruitières, vigneronnes et légumières, les plantes décoratives s’alimentent de la même façon et dépendent toutes des mêmes processus biogéochimiques pour 5% de leur alimentation.

 

Cette alimentation en minéraux par les racines dépend de l’activité microbienne tellurique, elle-même sous la dépendance d’une alimentation en matières organiques variées et constante.

Au jardin d’agrément, il est donc indispensable de raisonner de la même manière la fertilisation des plantes que pour les productions vivrières, en l’occurrence la fertilisation par les cycles naturels des éléments : décomposition des matières organiques, restitution par les bactéries et les champignons microscopiques des ions et cations qui seront recyclés dans de nouveaux assemblages moléculaires.

 

 

Les jardins sont une maquette de la Nature où tous les écosystèmes sont reproduits, concentrés en un même lieu : montagnes, plaines, ruisseaux, prairies, forêts, bosquets, arbre isolés, champs labourés, etc…

 

Avec ses massifs, ses arbres, son gazon, ses plates bandes d’annuelles, de vivaces, ses rochers, ses terrasses, ses allées, ses ponts, ses murets, etc… les jardins permettent de réunir tous les systèmes d’exploitation du sol tel que la Nature nous les donnent à voir, mais à échelle réduite. Les arbres vont puiser dans la profondeur du sol les minéraux qu’ils livreront aux arbrisseaux par la chute de leurs feuilles, créeront une alternance d’ombre et de soleil qui provoquera des conditions de vie acceptables pour les arbustes qui eux-mêmes pratiqueront la protection du sol et formeront une litière de feuilles plus petites, permettant la vie des animaux de la mésofaune.

 

Les diverses strates végétales sont présentent et occasionnent la mise en place des réseaux édaphiques indispensable à la vie communautaire entre les plantes et les organismes vivants qui les aident à exister.

 

Mais cette vie passe par la terre, par le bouillonnant tumulte de l’activité microscopique des bactéries, champignons, protozoaires, mycorhizes, nématodes ou plus visibles des collemboles, acariens, cloportes, larves de diptères, de coléoptères, les cloportes, les acariens, les myriapodes, les vers de terre, etc…

 

La litière de feuilles restées sur le sol, qui implique le non labour, fait travailler la faune et la flore dans des conditions aérobies et permet d’améliorer les qualités physiques, chimiques et biologiques du sol sans travail humain. Elle permet la captation des dépôts d’Ingham, constitue le garde-manger des vers de terre anéciques qui redescendront les M.O. en profondeur. Elle conserve l’humidité, assure un tampon isolant et régulateur de la température de surface du sol et empêche la levée tous azimuts des graines sauvages. De plus, toute cette matière organique attirent staphylins, scarabées, syrphes, carabes, cantharides et autres Diptères, Syrphidae, Coléoptères, Coccinellidae qui sont pour certains des prédateurs remarquables des limaces. Mais surtout, elle crée la réserve minérale et carbonée indispensable qui agira au rythme de la minéralisation et de l’humification des biomasses apportées sur les qualités physiques du sol et l’alimentation des cultures.

 

La liste est longue des auxiliaires telluriques, aussi important que les abeilles, les papillons, les araignées, les coccinelles, les syrphes et autres insectes aériens utiles par leurs types d’alimentations qui en font d’excellents partenaires phytosanitaires.

 

La construction d’un jardin, a fortiori son entretien, sont des opérations agronomiques au même titre que la préparation des sols pour les semis de carottes ou de blé, mais avec des techniques spécifiques à cette branche agricole.

 

                                     D'abord la conception

Le dessin et le plan sont des éléments indispensables pour expliquer le futur jardin. C'est par le crayon que le paysagiste traduit sa pensée pour la partager avec son client.

La maquette n'intervient que pour les gros projets.

les perspectives

Les plans

Parfois les bâtiments

LA MAQUETTE

                                             Puis la réalisation

Processus du conseil en jardins,  paysage et agronomie

Christian de Carné Carnavalet

Agronome

Paysagiste conseil

agrocarnavalet@gmail.com

06 67 53 66 94

Un Paysagiste conseil est un homme ou une femme capable, par sa sensibilité, sa réflexion, sa culture et surtout son intuition nourrie de tout son vécu,  (i) de comprendre un lieu, un paysage, une situation, (ii) d’en analyser les tenants et (iii) d’en imaginer des aboutissants meilleurs pour les futurs utilisateurs. 

 
 

 

L'agronome est la personne qui connait les plantes, les sol, les paramètres écologiques et météorologiques, l'économie globale du monde agricole, la configuration du tissus agricole mondial pour conseiller un producteur, une productrice, dans ses processus culturaux, ses choix d'espèces, son organisation économique, ses choix techniques. Il aide à comprende, à prévoir, à anticiper pour qu'une exploitation soit rentable.

 

Il met tout en oeuvre pour que l'environnement écologique des cultures entraine un équilibre phytosanitaire qui permette de soigner curativement à minima.